L'église Saint Germain de Préaux du Perche

Sommaire : Origine de l'église ; construction ; le choeur ; la nef ; les chapelles ; les vitraux ; le clocher ; les cloches ; statuaire ; l'extérieur de l'église

églises voisines : Saint Agnan sur Erre ; Saint Hilaire sur Erre ; Saint Jouin de Dancé ; Saint Martin de Berd'huis ; Saint Pierre la Bruyère

TV DOIB PLVS AYME

A TON SALVT ATENDRE

QVA L OMBRE DVN QVADRAN

ON TE VIENNE PRENDRE

CAR CET OMBRE COVRANT

NE TE SEMBLANT COVRIR

C EST TOY QVI VA MOVRANT

NE TE SEMBLANT MOVRIR

V.ET O.Q.N.D.N.H

Le texte du cadran solaire est de même inspiration que celui du gnomon de Saint Agnan sur Erre. Il s'en rapproche également par le style simplifié à l'extrême.

L'original ci-dessus est conservé à l'intérieur tandis qu'une copie le remplace sur l'un des contreforts méridionaux.

sommaire

“Pratelli” en 1118 avait un château fort et était au moyen âge une des quatres chatellenies du Bellêmois. Avec le Theil, Préaux eut toujours les mêmes seigneurs jusqu’à la Révolution.

 Origine de l’église de Preaux-du-Perche

Dédiée à Saint Germain d’Auxerre,(consacré évêque en 418 par Saint Patrick, apôtre des Irlandais).

D’origine romane, la tour du clocher a été édifiée au XIIe siècle. Elle est épaulée de contreforts et percée de baies en plein cintre et d’une grande fenêtre ogivale à l’est. La corniche soutient des modillons à tête grimaçantes.

Au XVe siècle, la nef a été agrandiede deux bas côés aux remplages flamboyants

sommaire

Construction de l’église

Le plan est en forme de croix latine déterminant quatre hauts pignons bordés de rampants assisés en pierre blanche.

 Le choeur de l’église

Le maître-autel en bois peint date du XVIIe. Le retable à trois plans en bois sculpté présente une toile de l’annonciation.Le tabernacle à deux étages et colonnettes torses lierrées comporte des dômes à écailles et balustres montrant le Christ Sauveur et quatre statuettes.

Le tombeau d’autel est gravé de l’agneau pascal.

Les grilles ont été déposées en 1967. L’autel moderne a été réalisé par M. Garnier en 1968.

Le lutrin et le porte croix ont été sculptés par M. Dubost (Nocé) en 1994.

Les stalles du choeur du XIXe ont été mises en place par M. Goblet.

sommaire

La Nef de l’église

 Voûtée de lambris, elle a été comblée au sol sur 80 cm en 1845 comme le clocher et le choeur, ce qui diminue considérablement le volume intérieur. Les raisons en sont probablement l’humidité excessive dûe au contrebas de l’église par rapport à la route départementale.

Les fonts baptismaux datent du XVIème siècle. Les bancs ont été offerts par les familles par souscription vers 1960..

sommaire

Les Chapelles

L’absence de chapiteau aux piliers, les clés de voûte très travaillées laissent à penser que ces chapelles de style ogival flamboyant datent du XVIe.

Dans la chapelle sud, des peintures murales de cette époque ont été remises à jour. Y sont peints des personnages devant un paysage où l’on croit reconnaître le château de Bellême.

sommaire

Les vitraux

Ils datent du début du XXe et ont été offerts par les familles de la paroisse ( de gauche à droite)

- Vitrail de la guerre 1914 - 1918

(au dessus de la porte principale)

- Sainte Jeanne d’Arc.

- Confrérie du Rosaire et du Scapulaire (1918)

- Notre Dame de Lourdes (1910)

- Sainte Marguerite - Marie Alacoque (1904)

- Saint Patrice enseignant ses disciples (aux traits de l’abbé Patrice et de ses élèves prêtres)

- Baptême du Christ (1910 : don de M. Goblet)

- Abbé Alphonse Riguet (1918)

- Notre Dame des Champs

- Saint Sébastien

sommaire

Le clocher

Partie la plus ancienne de l’édifice, il forme une sorte de porche - narthex voûté. Une chapelle (enfouie en 1845) a été remise à jour à l’initiative de M. Hubert Alexandre en 1976. Là, six statues ont été trouvées dans les fouilles et installées dans la nef de l’église.

Les cloches

L’unique cloche se brisa en 1886 alors que l’abbé Patrice était à Préaux depuis un an. Il suscita les bonnes volontés, il parcourut la paroisse, quêta. Le succès dépassa les espérances. On pouvait avoir trois cloches.

sommaire

Statuaire

(de gauche à droite)

-Saint Anne, XVIe, terre cuite polychrome

- Vierge de douleur, XVIe, pierre polychrome

-Saint Jean, XVIe, terre cuite polychrome

-Saint Antoine de Padoue

-Sainte Thérèse de l’enfant Jésus

- Vierge à l’enfant, XVIIe, bois polychrome

- Saint Germain, XVIIIe, en bois polychrome

-Saint Gilles, XVIII en plâtre polychrome

- Saint Lubin, XVIIIe, en bois polychrome

- Sainte Barbe, XVIe , en pierre polychrome

- Saint Joseph et Jésus

- Saint Roch et son chien

- Saint François de Sales

- Sainte Madeleine, en terre cuite reconstituée

- Saint Antoine, XVIe, Terre cuite polychrome

- Éducation de la Vierge, XVIe

sommaire

L’extérieur de l’église

La juxtaposition de constructions qui s’échelonnent du 12e au 17e fait l’originalité de l’Église Saint germain à Préaux.

Encastrée dans le contrefort central se trouve la copie du cadran soaire. Sur un contrfort de la chapelle nord, on aperçoit des traces d’une litre funéraire avec écu ( bande horizontale peinte en noir ou en blanc parfois sculptée à la paroisse et timbrée à ses armes).

sommaire